Les pratiques de chasse génèrent de la souffrance animale parfois inacceptable, souvent évitable. Elles consistent également à artificialiser notre faune pour le seul plaisir de chasser davantage. Ainsi,

  • plus de 160.000 Faisans, Perdrix grises et Canards colverts sont élevés avant d’être lâchés pour la chasse ;
  • des milliers de prédateurs naturels, comme le Renard roux, certains mustélidés, les pies…  sont piégés et tués afin de protéger le gibier d’élevage ;
  • la battue à cor et à cri, généralement pratiquée en Wallonie, n’est ni sélective ni précise et est particulièrement cruelle : balles “mal placées”, animaux “immobilisés” par les chiens en battue et achevés au couteau ;
  • des milliers de tonnes de céréales sont utilisées chaque année dans les grandes chasses pour y maintenir des densités jusqu’à 10 fois supérieures à une situation normale. Cet élevage en forêt et les tableaux de chasse qui en résultent ont pour vocation le profit ou la notoriété du chasseur…